DAVID ET BETHSABÉE

DAVID ET BETHSABÉE

DAVID AND BATHSHEBA

Un péplum de Henry King

111  mn

Avec Gregory Peck, Susan Hayward, Raymond Massey, Kieron Moore, James Robertson Justice, Jayne Meadows, John Sutton, Dennis Hoey
Scénario de Philip Dunne
Musique de Alfred Newman
Photo de Leon Shamroy
Produit par Darryl Francis Zanuck

RESUME
Le roi David s'éprend de Bethsabée, la femme de l'un de ses valeureux capitaines. Elle ne tardera pas à attendre un enfant de David qui fera tuer le mari en le plaçant en première ligne. Mais Bethsabée perdra son enfant et la famine s'abattra sur Israël.

COMMENTAIRE
Il y a dans toute l’œuvre d’Henry King des références à la Bible et à Dieu qui trahissent une foi profonde. Avec « David et Bethsabée » il montre comme jamais à quel point il est imprégné de la morale et des préceptes bibliques. Le film est en effet un long et ennuyeux sermon au centre duquel la repentance et l’autoflagellation se présentent comme la réponse aux fautes commises, en l’occurrence l’adultère. King, aidé par la plume de Philippe Dunne, semble être intarissable lorsqu’il faut faire passer ce message biblique naïf. Tenant le rôle titre, Gregory Peck se perd en lamentations pompeuses bouffies de contrition après des séquences d’idylle surfaites avec Susan Hayward. Hormis la scène d’ouverture où David se bat sous un pont et la scène finale où il combat le géant Goliath (scène en flash back au demeurant très mal filmée), la quasi-totalité du film se déroule dans quelques sobres décors - il est vrai très bien éclairés - ce qui n’arrange pas les choses. Comme submergé, presque engourdi par son sujet, King a rarement réalisé un film aussi pesant et ennuyeux.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33