DIRIGIBLE

DIRIGIBLE

DIRIGIBLE

Un film d'aventures de Frank Capra

96  mn

Avec Jack Holt, Ralph Graves, Fay Wray, Hobart Bosworth, Roscoe Karns, Harold Goodwin, Clarence Muse, Emmet Corrigan
Scénario de Jo Swerling, Dorothy Howell
D'après Frank W. Wead
Photo de Joseph Walker
Produit par Harry Cohn

RESUME
A un meeting aérien, alors qu'un commandant de dirigeable fait une démonstration, un pilote d'avion casse-cou lui vole la vedette. Leurs prestations intéressent un explorateur et la marine, qui désirent monter une expédition au pôle sud avec ces engins.

COMMENTAIRE
Film d’aventures dans la plus pure tradition du genre, « Dirigible » est à part dans l’œuvre parlante de Frank Capra. Alors qu’on connaît surtout le réalisateur pour ses comédies - dont le contenu critique et social va s’aiguiser au cours des années trente -, il réalise ici un film d’action s’articulant autour d’une expédition aérienne au pôle sud. Aidé par la marine des Etats-Unis, il a sa disposition le matériel et la logistique lui permettant d'intégrer des plans impressionnants de zeppelins et d’avions. C’est ainsi qu’on découvre, outre des voltiges aériennes et des rassemblements de dirigeables, une catastrophe aérienne mettant en scène un zeppelin en perdition. Le plus saisissant demeure toutefois l’expédition proprement dite qui voit des hommes perdus en antarctique après le crash de leur avion. Alors qu’ils tentent l’impossible pour revenir à pied à leur base, un dirigeable part à leur secours, un exploit qui relève de la science-fiction puisque qu’en 1931, à la sortie du film, aucun Zeppelin n’a encore survolé l’Antarctique (le premier avion à l’avoir fait est celui de Georges Wilkins seulement trois ans auparavant). Evidemment « Dirigible » est un film à la gloire d’une des armes de l’armée américaine et n’a rien de l’œuvre d’auteur - ce qui pourrait expliquer que Capra en parle succinctement dans son autobiographie. Le film n’en remporta pas moins un gros succès dû, tout de même, à la maîtrise et au travail soigné du cinéaste. On perçoit parfaitement, par exemple, le désarroi de ce pilote qui entraîne ses compagnons à une mort certaine parce qu’il a surestimé ses capacités, ou cet autre qui se sacrifie pour ne plus être un poids (la scène où il rampe dans la neige, les yeux hagards, rappelle par son côté inquiétant le dénouement de « La monstrueuse parade »).

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33