L' ESCLAVE LIBRE

L' ESCLAVE LIBRE

BAND OF ANGELS

Un film d'aventures de Raoul Walsh

127  mn

Avec Clark Gable, Yvonne De Carlo, Sidney Poitier, Efrem Zimbalist Jr., Patric Knowles, Rex Reason, Torin Thatcher, Andrea King
Scénario de Ivan Goff, Ben Roberts, John Twist
D'après Robert Penn Warren
Musique de Max Steiner
Photo de Lucien Ballard

RESUME
Un propriétaire terrien du Sud offre à sa fille la meilleure éducation. Lorsqu'il vient à mourir, ses créanciers vendent ses biens et donc ses esclaves. Sa fille, métisse, fait partie du lot. Elle est vendue à prix d'or à un gentleman qui s’éprend d’elle.

COMMENTAIRE
L’histoire se déroule avant et durant la Guerre de Sécession. Elle défend l’esprit du Sud et insinue qu’il est plus respectueux de ses esclaves que le Nord qui, malgré ses idées abolitionnistes, n’a pas beaucoup d’estime pour eux. A l’inverse d’un film comme « Autant en emporte le vent », tourné presque vingt ans plus tôt, celui-ci ne cherche pas à éviter le délicat sujet de la servitude dans les états du Sud. Si certains propriétaires sont de véritables tortionnaires, qui se trouveront néanmoins humiliés sans ménagement, ils n’en reste pas moins que d’autres sont des maîtres appréciés de leurs esclaves. Les trafiquants sans scrupule ne sont pas épargnés non plus. Mais le récit donne l’impression que les Sudistes ont une élégance, une éducation et une grandeur d’âme absentes chez les Nordistes qui se révèlent frustes et mesquins. Cette histoire sentimentale dénuée d’action n’est pas un sujet pour Raoul Walsh, qui a tout de même soixante dix ans lorsqu’il tourne cette importante production. Au final, on ne retient pas grand-chose de ce film de plus de deux heures, sinon qu’il est soigné et qu’il se regarde sans ennui. Les rapports entre Clark Gable et Yvonne de Carlo sont fades et il y manque la passion qu’exigeait l’histoire.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33