LA FIN DE MME CHEYNEY

LA FIN DE MME CHEYNEY

THE LAST OF MRS. CHEYNEY

Une comédie dramatique de Sidney Franklin

94  mn

Avec Norma Shearer, Basil Rathbone, George Barraud, Hedda Hopper, Cyril Chadwick, George K. Arthur
Scénario de Hans Kraly, Claudine West
D'après Frederick Lonsdale
Photo de William H. Daniels

RESUME
Soit-disant venue d'Australie, entourée de majordomes, une jeune femme reçoit chez elle des gens de la haute société. Tandis que les femmes l’apprécient, les hommes lui font la cour. Ils ignorent qu’elle est liée à une bande d'escrocs.

COMMENTAIRE
« La fin de Mme Cheyney » est le premier film MGM disposant d’une bande son encodée sur la pellicule elle-même - et non plus sur un disque à part qui rend la synchronisation avec l’image plus difficile. En cela, la « La fin de Mme Cheyney » peut être considéré comme le premier film parlant du studio. A cette occasion celui-ci choisit de mettre en scène une pièce de théâtre et de lui associer l’une de ses plus grandes vedettes, Norma Shearer. Il ne se trompa pas puisque le film remporta un succès non négligeable. Avec le recul, il parait évident que ce succès est surtout imputable au choc produit par l'arrivée d’une révolution technologique qui changeait à jamais le visage du cinéma. En effet, découvert des décennies après sa sortie, le film se révèle particulièrement ennuyeux : le son associé à l’image n’étant plus une surprise, les longs bavardages, la caméra statique, la monotonie des lieux de tournage et des décors entraînent rapidement une lassitude. Sydney Franklin tente bien des effets de style comme ce travelling avant synchronisé avec deux personnages qui se rejoignent, mais cela se révèle trop marginal pour atténuer la forte et désagréable impression de théâtre filmé qui se ressent pendant tout le film. Traitée lourdement, cette histoire de mystificatrice qui s’introduit dans la haute société pour voler les personnes chez qui elle est invitée, n’a elle-même pas de quoi séduire. (En 1937, Richard Boleslavsky en fera une autre adaptation qui compte selon nous parmi ses plus mauvaises réalisations...). Admettons toutefois que Shearer qui est une actrice confirmée du cinéma muet - pour lequel elle officie depuis 1920 -, ne paraît avoir aucun mal à s’adapter au cinéma parlant. (Précédemment, elle avait déjà joué dans un film sonore, « Le procès de Mary Dugan », le premier du studio). Certains longs plans séquences où elle donne la réplique à un jeune et impétueux Basil Rathbone dévoile une comédienne qui n’a rien à envier aux actrices de théâtre. Greta Garbo, l’autre grande star MGM, aura plus de mal à s’adapter au parlant. Elle ne s’y confrontera d’ailleurs que l’année suivante.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33