FORFAITURE

FORFAITURE

THE CHEAT

Un mélodrame de Cecil B. DeMille

60  mn

Avec Fannie Ward, Sessue Hayakawa, Jack Dean, James Neill
Scénario de Hector Turnbull, Jeanie McPherson
Photo de Alvin Wyckoff
Produit par Cecil B. DeMille

RESUME
La femme prodigue d'un agent de change fait un placement hasardeux avec les fonds de l'association dont elle est la trésorière. Lorsqu’elle doit les rendre, elle apprend que l’argent est perdu. Un négociant en ivoire birman se propose alors de l'aider.

COMMENTAIRE
Le mélodrame hollywoodien se caractérise par ses intrigues cornéliennes où le sens du devoir et de la morale est malmené après que des écarts de conduite causés par des pulsions incontrôlables, des calculs intéressés, des désirs de toutes sortes, aient été commis. Dans « Forfaiture », les trois personnages principaux satisfont chacun une envie différente qui créent les conditions de ce drame : le mari par sa résolution à ne rien dépenser, la femme par son besoin d’acheter et le Birman par son attirance pour cette dernière. Ces appétences conduisent à la ruine, au meurtre, à la prison ; des réalités qui rappellent à l’ordre. Autre constante du mélodrame, le méchant se distingue du gentil non parce qu’il effectue des actes condamnables, mais parce que la conséquence de ses actes ne le tourmente pas. C’est sur ces critères que se dessine l’image négative du jeune Birman incarné par Sessue Hayakawa. Son désir de posséder la jeune femme n’est pas plus condamnable que la frivolité de cette dernière, mais celle-ci se repent, ce que ne fait pas son tourmenteur. Mais ce qui marque avant tout l’œuvre ici, c’est la sexualité qui s’en dégage. En donnant à un asiatique le rôle de l’amant épris, Cecil B. De Mille exploite le raffinement qu’on leur attribue. On découvre une scène - qui anticipe de presque dix ans « Les rapaces » d’Eric Von Stroheim - où le Birman profite que la femme soit évanouie pour l’embrasser ; le point d’orgue du film étant évidemment quand il marque cette femme au fer rouge en signe d’appartenance. Notons aussi que d’un point de vue formel De Mille fait preuve d’imagination. Alors que nous sommes en 1915, encore dans la période primitive, il exploite avec beaucoup d’autorité les ombres et les mouvements de foule.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33