HARD TO HANDLE

HARD TO HANDLE

HARD TO HANDLE

Une comédie dramatique de Mervyn LeRoy

75  mn

Avec James Cagney, Mary Brian, Claire Dodd, Ruth Donnelly, Allen Jenkins, Robert McWade, Walter Walker, Sterling Holloway
Scénario de Robert Lord, Wilson Mizner
D'après Huston Branch
Musique de Leo F. Forbstein
Photo de Barney McGill
Produit par Raymond Griffith

RESUME
L'organisateur d'un marathon de danse se fait rouler par son associé qui part avec la caisse. Se retrouvant sans le sou, il tente d'organiser une autre arnaque dans une foire. Il n'y réussit pas mieux, au désespoir de sa fiancée et de sa belle mère.

COMMENTAIRE
« Gogos, dupes, pigeons : Le public ! Victimes de la publicité. Voici mon idée. On ouvre une agence de publicité, bourrage de crâne et compagnie, la futilité à l’état pur… ». C’est en ces termes que l’opportuniste incarné par James Cagney conçoit un secteur d’activité indissociable de notre économie de marché moderne. Faut-il en voir là une critique ? Dans l’esprit des productions Warner de ces années de récession économique où chacun cherche à s’en sortir, Cagney interprète un de ces petits escrocs sans scrupule prêts à tout pour s’enrichir. Il choisit d’ouvrir une agence de publicité et d’exploiter la crédulité des gens, et malgré les poursuites judiciaires auquel il doit faire face, il finit par réussir. En cela le scénario flirte avec l’amoralité car, même si le ton léger atténue la portée du propos, il pose tout de même un regard bienveillant - à se demander s’il n’est pas ironique - sur les opérations opportunistes du héros. Comme si son comportement et son activité étaient des maux nécessaires. Mais en fait, cette œuvre, tels les films de gangster de cette époque, semble vouloir s’affranchir de toute moralité. Ce cynisme passager est à relier à la grande dépression (le chômage atteint son niveau maximum cette année-là) qui engendre une démoralisation et une incertitude générales. Les doutes et la précarité se manifestent jusque dans les rapports sentimentaux qu’ils pervertissent. Très influencée par une mère sans ressources dont l’avenir dépend des fréquentations de sa fille, la petite amie de Cagney doit s’accoquiner avec celui qui lui mettra « une cuillère d’argent dans la bouche ». Ainsi elles forment un couple de chasseuses d’hommes riches où l’une serait l’appât et l’autre la conseillère. Elles, comme le héros, arrivent à leur fin…

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33