HAUTE SOCIÉTÉ

HAUTE SOCIÉTÉ

OUR BETTERS

Une comédie de mœurs de George Cukor

83  mn

Avec Constance Bennett, Violet Kemble-Cooper, Phoebe Foster, Charles Starrett, Grant Mitchell, Anita Louise, Gilbert Roland, Minor Watson, Hugh Sinclair, Alan Mowbray
Scénario de Jane Murfin, Harry Wagstaff Gribble
D'après W. Somerset Maugham
Musique de Max Steiner
Photo de Charles Rosher
Produit par David O. Selznick

RESUME
Une riche héritière américaine qui rêve d'un titre de noblesse épouse un lord anglais qui, lui, rêve de fortune. Mais le soir de ses noces, surprenant son nouveau mari dans les bras d'une autre, elle décide de faire son chemin dans la haute société.

COMMENTAIRE
Le film pose un regard acerbe sur une société bourgeoise pervertie et oisive où les gigolos croisent des femmes mariées entretenues par de riches amants. Derrière des apparences distinguées tout ce beau monde manœuvre afin de gagner en influence. Campée par une Constance Bennett qui se distingue par de somptueuses toilettes qu’elle ne cesse de changer au gré des scènes, l’héroïne, présomptueuse et calculatrice, est certainement le personnage le plus amoral du film. George Cukor dresse un portrait saisissant de cette société, encourageant certainement David O. Selznick quelques mois plus tard à l’engager pour le tournage des « Invités de huit heures », un autre tableau au vitriol d’une société bourgeoise qui se délite. Ceci étant, le film est théâtral et possède un côté guindé et des personnages maniérés qui finissent par lasser. C’est l’apparition d’un personnage efféminé, un professeur de danse outrancièrement maquillé, qui met un point final insolite à ce film qui ne l’est pas moins.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33