LES HAUTS DE HURLEVENT

LES HAUTS DE HURLEVENT

WUTHERING HEIGHTS

Un drame de William Wyler

103  mn

Avec Merle Oberon, Laurence Olivier, David Niven, Flora Robson, Donald Crisp, Hugh Williams, Geraldine Fitzgerald, Leo G. Carroll
Scénario de Ben Hecht, Charles McArthur
D'après Emily Brontë
Musique de Alfred Newman
Photo de Gregg Toland
Produit par Samuel Goldwyn

RESUME
@P.Un jeune sauvageon est adopté par une famille bourgeoise demeurant dans une grande propriété située au milieu de la lande anglaise. Très vite, des liens particuliers se tissent entre lui et la jeune fille de la maison.

COMMENTAIRE
Cette oeuvre est à placer parmi les plus beaux films romantiques de l’histoire du cinéma. Si le roman d’Emily Brontë forme la base solide de l’intrigue et si la production de Samuel Goldwyn révèle une véritable ambition artistique, c’est la mise en scène de William Wyler qui est l’élément déterminant de cette réussite. (Signalons que de façon consensuelle, la critique avance le contraire. Mais celle-ci n’a jamais eu beaucoup d’estime pour Wyler, alors qu’en se référant à son succès commercial et au nombre des récompenses obtenues, il est comparable à Capra et Ford). La direction d’acteur, ainsi que le choix dans le type et dans la longueur des plans, transmet au spectateur une émotion en adéquation avec les sentiments éprouvés par les personnages et en particuliers par les deux amants. Sans jamais être ridicule, Wyler rend avec force les sentiments exacerbés et tout en restant sobre, il semble toucher la limite de ce que le cinéma peut exprimer. Greg Toland reçoit un Oscar pour la photo du film. Il recrée une ambiance fantastico-romantique où les éléments lumineux, tels les bougies, le feu de cheminée et les éclairs d’orage, viennent souligner les affres des personnages, tout autant que les étranges correspondances entre la nature humaine et les éléments naturels.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33