L' HOMME INVISIBLE

L' HOMME INVISIBLE

THE INVISIBLE MAN

Un film fantastique de James Whale

71  mn

Avec Claude Rains, Gloria Stuart, William Harrigan, Henry Travers, Una O'Connor, Forrester Harvey, E.E. Clive, Dudley Digges
Scénario de R.C. Sherriff
D'après H. G. Wells
Musique de W. Frank Harling
Photo de Arthur Edeson
Produit par Carl Laemmle Jr.

RESUME
Un soir d'hiver, un étrange personnage arrive dans une auberge où il demande une chambre. Il y mène des expériences qui inquiètent les propriétaires. Ne pouvant payer, la police est appelée en renfort. Elle découvrira qu'il s'agit d'un homme invisible.

COMMENTAIRE
Année de la sortie de « King Kong » et de « L’homme invisible », 1933 se révèle exceptionnelle quant à l’utilisation des effets spéciaux : depuis Méliès on n’avait plus vu une telle débauche de techniques pour rendre à l’écran des phénomènes extraordinaires. Et si une grande partie des effets spéciaux présents dans « King Kong » avait déjà fait leurs preuves en 1925 dans « Le monde perdu », en revanche, c’est la première fois que l’illusion d’invisibilité apparaît dans un long métrage. Le résultat est si convainquant que le film devient le plus important succès de la Universal cette année-là, entraînant par la suite la mise en chantier par le studio de nombreux avatars. Mais outre les effets spéciaux qui demeurent encore aujourd’hui impressionnants, le film jouit d’une originalité qui en fait incontestablement le meilleur de la série. Considéré avec Tod Browning comme l’un des plus grands réalisateurs de films fantastiques de la décennie, James Whale va composer avec un mélange d’humour et de sadisme pour créer une œuvre très personnelle qui annonce en filigrane tout un cinéma décalé à venir. C’est ainsi qu’on découvre aussi bien un pantalon ricanant courir après une grosse femme effrayée, qu’une voiture froidement balancée dans un ravin avec son chauffeur attaché à l’intérieur. Incarné par Claude Rains, dont c’est le premier rôle au cinéma, cet homme invisible ce fait un malin plaisir de perpétrer ses méfaits souvent de l’ordre du potache. A côté de cela, il y a également l’atmosphère, et de ce point de vue l’entrée en scène de l’homme invisible est remarquable : alors qu’une tempête de neige gronde au dehors, que la neige bat les fenêtres, un étrange personnage au visage dissimulé derrière des bandages et une épaisse paire de lunettes noires pénètre dans la taverne d’un village où réside une chaude ambiance particulièrement bien reconstituée.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33