THE LIFE OF JIMMY DOLAN

THE LIFE OF JIMMY DOLAN

THE LIFE OF JIMMY DOLAN

Un drame de Archie Mayo

85  mn

Avec Douglas Fairbanks jr, Loretta Young, Aline McMahon, Mickey Rooney, Fifi D'Orsay, Guy Kibbee, Lyle Talbot, John Wayne, Harold Huber, Shirley Grey, George Meeker, Arthur Hohl
Scénario de Erwin Gelsey, David Boehm
D'après Bertram Milhauser, Beulah Marie Dix
Musique de Leo F. Forbstein
Photo de Arthur Edeson
Produit par Hal B. Wallis

RESUME
Un champion du monde de boxe tue accidentellement un journaliste. Il n'est pas poursuivi car on le croit mort dans un accident de la route. Prenant tout de même la fuite, il se réfugie dans une ferme isolée où l'on s'occupe d’orphelins handicapés.

COMMENTAIRE
Si la diversité des lieux, l’action, le rythme enlevé, et les retournements de situation, retiennent l’attention, c’est d'abord la noblesse des rapports humains qui font l’intérêt du film. Un homme qui se consacre aux enfants handicapés avant de mourir d’une maladie contractée auprès de l’un d’eux, des femmes qui conservent leur gentillesse malgré l’adversité, un flic à la recherche d’une fierté perdue qu’il sacrifie par altruisme, des enfant compatissants qui pleurent lorsque leur héros passe un mauvais moment sur le ring, et ce boxeur qui, au risque de se faire arrêter, reprend les gants pour venir en aide à une institution caritative, sont autant de personnages de bonne volonté qui agrémentent avec bonheur ce film. Même si le début est un peu tiré par les cheveux et que le film manque parfois de la subtilité de son remake, « Je suis un criminel » sorti en 1939, cette version possède un incontestable charme. Au côté de Loretta Young, lumineuse, et de Douglas Fairbanks Jr., malmené, on découvre dans un rôle de boxeur un John Wayne en début de carrière (par pudeur on ne le verra pas se faire chahuter par un impressionnant adversaire) et un Mickey Rooney alors âgé de 13 ans. Ce dernier, qui fait plus petit que son âge, transpire de malice et d’espièglerie. Une référence au gogo revient comme une rengaine tout au long du film : le héros ne peut s’empêcher de constater qu’il en est un alors qu’il ne cesse de s’en défendre.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33