LOIN VERS L'EST

LOIN VERS L'EST

WHERE EAST IS EAST

Un mélodrame de Tod Browning

64  mn

Avec Lon Chaney, Lupe Velez, Estelle Taylor, Lloyd Hughes
Scénario de Richard Schayer, Waldemar Young
D'après Tod Browning, Harry Sinclair Drago
Photo de Henry Sharp
Produit par Tod Browning

RESUME
En Indochine, un chasseur de fauve élève seul sa fille. Très attaché à elle, il réagit mal lorsqu'il apprend qu'elle est amoureuse, mais révise son jugement lorsque le jeune homme qu'elle aime sauve la vie de la jeune fille.

COMMENTAIRE
Ainsi s’achève la collaboration, on ne peut plus féconde, entre Tod Browning et Lon Chaney. Ce dernier décède l’année suivante, laissant à Browning le soin de continuer seul une œuvre sans pareille où le sordide s’allie à une poésie de l’étrange pour constituer un genre inclassable, trop hâtivement associé au fantastique. Parmi les dix œuvres muettes qu’ils ont tournées ensembles, les huit dernières relèvent de cette poésie. Ajoutons que Waldemar Young a participé à l’écriture de sept d’entre elles et qu’il est l’instigateur à part entière de ce cinéma atypique. Après ce film, il quittera la MGM pour la Warner et ne travaillera plus jamais avec Browning. On retrouve dans « Loin vers l’est » des thèmes qui ont animé ces artistes jusque là. Le sordide s’exprime ici dans le comportement d’une mère diabolique qui tente de séduire le fiancée de sa fille alors qu’elle n’a jamais participé à son éducation. Comme dans « Le club des trois », l’expiation passera par les agissements d’un gorille furieux. Autre constante due à la présence de Chaney : le grimage. Etant chasseur de fauve, il était de bon aloi qu’il ait des cicatrices, c’est ainsi que son visage en est paré de nombreuses et profondes. On retrouve aussi ce goût pour l’exotisme : « La route de Mandaley » se déroule à Singapour et « Le talion » à Zanzibar. Mais le film révèle surtout l’attachement de Browning aux rapports fusionnels entre un père et sa fille dans un cadre familial où la mère est absente. Lorsque la belle, qu’incarne Lupe Velez, apprend à son père qu’elle est amoureuse, celui-ci se comporte plus comme un amant éconduit que comme son géniteur. On se souvient que de telles relations sont déjà présentes dans « Le talion », « La route de Mandaley » et apparaîtront plus tard dans « Les poupées du diable » et « La marque du vampire ».

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33