L' ATTAQUE DE LA MALLE-POSTE

L' ATTAQUE DE LA MALLE-POSTE

RAWHIDE

Un western de Henry Hathaway

86  mn

Avec Tyrone Power, Susan Hayward, Jack Elam, Edgar Buchanan, Dean Jagger, Hugh Marlowe, George Tobias, Jeff Corey
Scénario de Dudley Nichols
Musique de Sol Kaplan
Photo de Milton Krasner
Produit par Samuel G. Engel

RESUME
Dans un relais, une diligence est sur le point de repartir lorsque des soldats la rejoignent et informent les passagers que quatre hors-la-loi rôdent dans la région. Par prudence les deux gardiens du relais font descendre une femme et une petite fille.

COMMENTAIRE
C’est certainement suite à ce film que Jack Elam est devenu le plus remarquable méchant du western classique. Son entrée en scène s’opère par un gros plan insistant sur lui. On y découvre un personnage aux rictus sardoniques que viennent renforcer des yeux globuleux encore enlaidis par un strabisme. Henry Hathaway le met ainsi en lumière pour mieux en faire, sans une certaine délectation, un psychopathe particulièrement abject. Il ne craint pas de nous présenter un détraqué sexuel obsédé par une belle Susan Hayward au caractère affirmé. Finalement, ce méchant, original par son sadisme et sa sauvagerie, rappelant Richard Widmark dans « Le carrefour de la mort », apparaît comme l’élément le plus attractif du film. Pour autant, il n’est pas le seul. Le scénario original de Dudley Nichols est une sorte de super huis clos se situant dans un relais isolé au milieu du désert, où un couple se trouve confronté à des bandits qui attendent le passage d’une diligence transportant de l’or. La tension entre ces protagonistes, tous en danger, est efficacement entretenu. Possédant le côté épique du western et la noirceur du thriller, le cours du récit prend des directions inattendues, et ce jusqu’à la fin. Incorporer l’histoire des transports de passagers dans l’Ouest sauvage - racontée en voix-off au début et à la fin du film - à un récit qui s’avère confidentiel, est symptomatique de ce mélange des genres et de l’aspect imprévisible de ce western. Autre originalité, et pas des moindres, le héros incarné par Tyrone Power est un apprenti inexpérimenté qui ne montre aucune bravoure particulière. En se bornant à décrire sa situation alarmante sur des bouts de papier qu’il espère faire passer à des convoyeurs, ou en volant un couteau pour creuser un trou, ce qui n’a aucun sens, il se révèle même plutôt timoré. Enfin, faire jouer une petite fille d’environ un an - avec tout ce que cela implique de difficultés à mettre en scène - est une autre idée lumineuse : l’insouciance due à son âge la fait s’amuser avec un couteau, autour des sabots des ânes, ou au milieu des balles, ce qui ajoute encore à la tension ambiante.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33