MONSIEUR SMITH AU SENAT

MONSIEUR SMITH AU SENAT

MR. SMITH GOES TO WASHINGTON

Une comédie de Frank Capra

125  mn

Avec Jean Arthur, James Stewart, Claude Rains, Edward Arnold, Guy Kibbee, Thomas Mitchell, Eugene Pallette, Beulah Bondi, H. B. Warner, Harry Carey, Astrid Allwyn, Ruth Donnelly, Grant Mitchell, Porter Hall
Scénario de Sidney Buchman
D'après Lewis R. Foster
Musique de Dimitri Tiomkin
Photo de Joseph Walker
Produit par Frank Capra

RESUME
@HS.Suite au décès brutal d'un sénateur, les hommes influents de son parti se mettent en quête d'un successeur manipulable qui n’ira pas dénoncer la corruption. Après quelques tergiversations, ils choisissent un jeune sans expérience.

COMMENTAIRE
Un jeune politicien idéaliste et naïf se dresse contre ses pairs pour dénoncer la corruption qui gangrène son parti. Tel David contre Goliath, seul face à une machine politique puissante, il se bat avec pugnacité, supporté par la batterie des idéaux américains. Récurrent dans l’œuvre de Frank Capra, incarné par James Stewart ou Gary Cooper, ce personnage auquel l’homme du peuple est sensé s’identifier, est un ingénu un peu nigaud animé par le bon sens et la bonne volonté. (Le film possède sur cet aspect de nombreux points communs avec « L’extravagant M. Deeds » réalisé par Capra en 1936). En parvenant à vaincre ce qui depuis toujours crispe les masses, le pouvoir corrompu et l’égoïsme des puissances financières, ce héros réconforte une population qui, souffrant de la crise, recherche des boucs émissaires. Mais comme souvent chez Capra, si le discours devient simpliste à force d’être populiste, il n’en est pas moins efficace et parfaitement mis en valeur. Transcendé par une incroyable pléiade de seconds rôles tous aussi illustres les uns que les autres, par un scénario riche est travaillé, un foisonnement de situations, une mise en scène imaginative, il parvient à garder le spectateur en haleine pendant plus de deux heures alors que le film repose essentiellement sur le dialogue. La fidèle et impressionnante reconstitution de la grande salle du sénat américain où se déroule une grande partie du film, la majesté du monument dédié à Lincoln, ajoutent un indéniable crédit au discours. Le plus étonnant demeure toutefois l’interprétation de James Stewart lorsqu’il se met à déblatérer pendant des heures devant un sénat médusé. Il fait là une véritable performance d’acteur, peut-être la plus impressionnante de sa carrière. Comédien hors pair, il parvient à demeurer crédible alors qu’il joue toutes ces scènes dans l’excès. S’opposant à lui, Claude Rains est également remarquable de cynisme.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33