LES POUPÉES DU DIABLE

LES POUPÉES DU DIABLE

THE DEVIL DOLL

Un film fantastique de Tod Browning

79  mn

Avec Lionel Barrymore, Maureen O'Sullivan, Grace Ford, Frank Lawton, Lucy Beaumont, Henry B. Walthall, Pedro De Cordoba
Scénario de Garrett Fort, Tod Browning, Guy Endore, Eric Von Stroheim
D'après Abraham Merritt
Musique de Franz Waxman
Photo de Leonard Smith
Produit par Edward J. Mannix

RESUME
Un banquier condamné à tort à 17 ans de prison, s'évade avec un savant qui a développé une invention permettant de rétrécir les êtres vivants. A la mort du savant, le banquier ouvre une boutique de poupées. Il utilise cette découverte pour se venger.

COMMENTAIRE
Dernier grand film de Tod Browning, on retrouve dans « Les poupées du diable » un certain nombre de ses thèmes : Lionel Barrymore grimé en vieille dame rappelant Lon Chaney dans « Le club des cinq », le père à la mauvaise réputation qui va voir à son insu sa fille qu'il admire de « La route de Mandaley », ou encore la dualité du personnage principal de « l'oiseau noir ». Mais on retrouve surtout cette façon personnelle et obsessionnelle d'intégrer dans une intrigue mélodramatique plus ou moins policière, des personnages au physique altéré. Comme il y a le manchot de « L'inconnu », l'être difforme de « L'oiseau noir », le borgne de « La route de Mandaley », évidemment les phénomènes de foire de « la monstrueuse parade », il y a ici les poupées vivantes. Tous ces personnages difformes s'avèrent souvent être les plus moralement acceptables. Cependant, il est nécessaire de distinguer « la monstrueuse parade » ou les films avec Lon Chaney qui touchent à l'étrange, des « Poupées du diable » qui bascule ouvertement dans le fantastique, genre que Tod Browning ne semble pas avoir particulièrement affectionné malgré les apparences.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33