LE ROI ET QUATRE REINES

LE ROI ET QUATRE REINES

THE KING AND FOUR QUEENS

Un western de Raoul Walsh

83  mn

Avec Clark Gable, Eleanor Parker, Jo Van Fleet, Barbara Nichols, Sarah Shane, Jean Willes, Roy Roberts, Arthur Shields
Scénario de Margaret Fitts, Richard Alan Simmons
D'après Margaret Fitts
Musique de Alex North
Photo de Lucien Ballard
Produit par David Hempstead

RESUME
Après avoir appris qu'une mère et ses quatre brus sont en possession d'un gros magot, un aventurier va tenter de se rapprocher d'elles. Reçu à coups de fusil, il sera acueilli quand il laissera supposer qu'il est envoyé par un fils de la famille.

COMMENTAIRE
Après avoir caché un magot, trois frères sur quatre périssent dans une explosion. Leurs corps étant méconnaissables, il n’est pas possible de déduire qui est le quatrième. Dans sa ferme isolée, où le trésor est enfoui, la mère des bandits oblige les femmes de ceux-ci, dont l’une n’est pas veuve, à attendre le retour de son dernier fils. Cela dure depuis deux ans quand un aventurier arrive. Western immoral, « Le Roi et quatre reines » est l’histoire d’une imposture réussie commise par le personnage auquel nous sommes sensés nous identifier. Le cynisme qui en résulte est inaccoutumé pour l’époque et préfigure une branche évolutive du genre. Plus étonnant encore est la façon dont le héros incarné par Clark Gable abuse de la confiance et de la crédulité de quatre belles jeunes femmes esseulées : il joue de son indéniable virilité et profite de leur frustration sexuelle pour nourrir son dessein. Cette approche pour le moins audacieuse, n’est pas étrangère aux sensibilités de Raoul Walsh. Ces femmes, en tentant à leur manière de séduire cet être providentiel, inversent les règles traditionnelles de la séduction qui veut que ce soit l’homme qui fasse les avances. Autre aspect intéressant du film, l’aventurier a contre lui une vieille femme qui fait payer à ses belles-filles le désespoir d’avoir perdu ses fils. Souhaitant que ses brus souffrent comme elle, cette mère aigrie les surveille et leur interdit tout plaisir. Hormis l’immoralité de l’histoire et les connotations sexuelles atypiques dans le western hollywoodien, on reconnaît là des comportements sociologiques réalistes aussi méprisables que courants.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33