LA RONDE DES PANTINS

LA RONDE DES PANTINS

IDIOT'S DELIGHT

Une comédie dramatique de Clarence Brown

100  mn

Avec Norma Shearer, Clark Gable, Edward Arnold, Charles Coburn, Joseph Schildkraut, Burgess Meredith, Laura Hope Crews, Skeets Gallagher, Fritz Feld
Scénario de Robert E. Sherwood
D'après Robert E. Sherwood
Musique de Herbert Stothart
Photo de William H. Daniels
Produit par Hunt Stromberg

RESUME
De retour de la guerre, un artiste de music-hall tente de retrouver un travail à Broadway. Après plusieurs petits boulots, il parvient à devenir assistant dans un spectacle de télépathie, mais un soir, une jeune femme fait échouer le numéro…

COMMENTAIRE
Après trente minutes de récit durant lesquelles se succèdent à un rythme effréné les lieux et les années, le film s’immobilise dans le hall d’un hôtel de montagne à la frontière italo-suisse - dont la particularité est de surplomber un aéroport d’où décollent des avions de guerre. A partir de là, on assiste à une véritable pièce de théâtre filmée où une blonde maniérée interprétée par Norma Shearer alimente sa mythomanie de dialogues interminables, tandis qu’un meneur de troupe interprété par Clark Gable tente de lui faire avouer qu’elle est la jeune admiratrice qu’il avait connue quinze ans auparavant. A cette intrigue plutôt quelconque s’ajoutent des discours sur la guerre qui commence à agiter l’Europe en cette année 1939. Edward Arnold, un vendeur d’armes, défend cyniquement sa cause. A l’inverse, Burgess Meredith est un pacifiste qui ira jusqu’au sacrifice de soi pour défendre ses convictions. Tout cela forme un méli-mélo d’autant plus indigeste que le début était engageant. Toutefois, chose suffisamment rare pour être appréciée, Gable exécute quelques sympathiques numéros musicaux. Conscient que ce n’est pas sa spécialité, il danse et chante sans jamais se prendre au sérieux.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33