SÉRÉNADE À TROIS

SÉRÉNADE À TROIS

DESIGN FOR LIVING

Une comédie de Ernst Lubitsch

92  mn

Avec Fredric March, Gary Cooper, Miriam Hopkins, Edward Everett Horton, Franklin Pangborn, Isabel Jewell, Jane Darwell, Wyndham Standing
Scénario de Ben Hecht
D'après Noel Coward
Musique de Nat Finston
Photo de Victor Milner
Produit par Ernst Lubitsch

RESUME
Deux jeunes artistes, l'un peintre, l'autre auteur dramatique, vivent la vie de bohème lorsqu'ils rencontrent une jeune publiciste. Ils en tombent amoureux mais pour ne pas ternir leur amitié ils décident tous trois d'entretenir une relation platonique.

COMMENTAIRE
Le sujet était certes audacieux pour l’époque, mais le traitement qu’en fait Ernst Lubitsch, habituellement à l’aise avec le vaudeville sulfureux, déçoit quelque peu. On attend désespérément les sous-entendus subtils, les pointes de malices, l’image en forme de clin d’œil, la scène qui renvoie à une idée inavouable. On a bien quelques plans fixes sur des portes fermées - symbole de la Lubitsh Touch -, une scène muette où deux futurs mariés comparent leurs mensurations à la largeur du lit qu’ils envisagent d'acheter, mais tout ceci ne suffit pas à rendre les personnages principaux véritablement attrayants comme cela sera le cas dans « La veuve joyeuse » sorti l’année suivante. Ce manque de subtilité est en partie dû à Gary Cooper qui en fait des tonnes et a des difficultés à convaincre dans un rôle d’artiste partagé entre son amitié pour son ami et son amour pour une jeune égérie. Incarnée par Miriam Hopkins, celle-ci manque par ailleurs d’un certain enthousiasme. Toute la difficulté de l’intrigue était de trouver un équilibre entre les rapports amicaux et amoureux qui se dégagent d’une relation à trois - insinuant une sexualité hors norme -, et il est vrai que malgré des scènes qui traînent parfois en longueur (contrebalancées il est vrai par des répliques parfois brillantes), les auteurs y parviennent assez bien. Dans leur chambre sous les toits, lorsque les deux amis découvrent qu’ils sont amoureux de la même femme et qu’il est prévu qu’elle vienne leur rendre visite, concevoir que chaque prétendant cherche à se mettre en valeur par rapport à l’autre était séduisant, mais hélas le comportement insistant des protagonistes débouche sur quelque chose de ridicule et de grotesque. Ce manque de finesse est d’autant plus dommageable qu’il plane sur cette histoire un délicieux parfum licencieux.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33