LE SERGENT NOIR

LE SERGENT NOIR

SERGENT RUTLEDGE

Un western de John Ford

111  mn

Avec Jeffrey Hunter, Constance Towers, Billie Burke, Woody Strode, Juano Hernandez, Willis Bouchey, Carleton Young, Judson Pratt
Scénario de Willis Goldbeck, James Warner Bellah
D'après James Warner Bellah
Musique de Howard Jackson
Photo de Bert Glennon
Produit par Willis Goldbeck, Patrick Ford

RESUME
Un sergent noir est jugé devant une cour militaire pour le meurtre et le viol d'une jeune fille. Il plaide non coupable malgré les préjugés raciaux et les faits accablants qui pèsent sur lui. Il est défendu par son lieutenant qui connaît sa valeur.

COMMENTAIRE
Il était normal qu'après avoir pris parti pour les déshérités pendant quarante ans, John Ford s'attache à condamner l'esprit ségrégationniste qui gangrène son pays. Etrangement, jusqu'à ce film, il ne s'était jamais montré un fervent défenseur des Noirs. Les décrivant généralement comme de bons bougres, il se borne tout de même à les faire jouer dans ses films plus que de coutume à une époque où le cinéma hollywoodien évitait de les filmer. Il adopta une attitude similaire, voire plus extrême, envers la cause indienne, l'autre grande race malmenée par les Blancs d'Amérique. Son avant-dernier film, les « Cheyennes », s’avère en effet un plaidoyer en faveur des Indiens alors que dans tous ses films antérieurs il les décrit comme des sauvages sanguinaires, y compris d'ailleurs dans « Le sergent noir ». (Apparemment les Indiens ne lui en tiennent pas rigueur puisqu’ils lui ont dédié un John Ford Point à Monument Valley, site appartenant aux Navajos). Ces changements d'attitudes s'expliquent certainement par l’évolution des mentalités qui conduit un humaniste comme Ford à prendre fait et cause pour les minorités. Ajoutons que Woody Strode, qui incarne le sergent noir, dira de lui « Ce vieil homme ne s'est pas contenté de me diriger, il m'a révélé à moi-même. »

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33