LE SIGNE DE ZORRO (1940)

LE SIGNE DE ZORRO (1940)

THE MARK OF ZORRO

Un film d'aventures de Rouben Mamoulian

93  mn

Avec Tyrone Power, Linda Darnell, Basil Rathbone, Gale Sondergaard, Eugene Pallette, J. Edward Bromberg, Robert Lowery, Montagu Love
Scénario de John Taintor Foote, Garrett Fort, Bess Meredyth
D'après Johnston McCulley
Musique de Alfred Newman
Photo de Arthur Miller
Produit par Raymond Griffith

RESUME
Vers 1800, après une formation d'officier passé en Espagne, le fils d'un aristocrate californien revient au pays. Il découvre que le gouverneur est un despote haï par le peuple. Pour lutter contre lui et ses hommes, il devient un justicier masqué.

COMMENTAIRE
Au soleil de midi, sur la place d’un village californien, des péons dissimulés sous leur sombrero font leur sieste. La caméra filme un à un les groupes endormis lorsqu’un roulement de tambour rompt le silence. Ce sont les hommes du gouverneur qui viennent afficher un avis d’imposition. Traduisant la résignation et l’impuissance des villageois face aux abus du gouverneur, leur dédain aussi, les sombreros se lèvent lentement puis se baissent dans le même mouvement nonchalant. Surgit alors un cavalier tout de noir vêtu qui vient arracher l’affiche et malmener les soldats. La caméra, une quatrième fois, recadre chaque groupe qui, cette fois-ci, hésitant, se lève pour se diriger vers le lieu de l’action et lire stupéfié l’affiche frondeuse que Zorro a placardée. Cette scène correspond à la première apparition tant attendue du justicier masqué, une apparition d’autant plus percutante qu’elle tranche avec la torpeur qui règne à ce moment dans le village. Rouben Mamoulian lui consacre une attention particulière. Il compose des tableaux particulièrement travaillés et reconstitue avec minutie et imagination une place de village. Avec ce même goût éclairé, il filme Tyrone Power exécutant avec Linda Darnell une danse d’apparence grotesque mais finalement pleine de charme, ou avec subtilité un Eugene Palette découvrant qui est réellement le jeune homme qu’il avait jugé frivole. Le duel que se livrent Power et Basil Rathbone est également filmé avec maestria. La présence de Rathbone en lieutenant antipathique et de Palette en moine, ainsi que cette histoire de justicier redresseur de tort, ne manquent pas de rappeler « Les aventures de Robin de Bois » tourné deux ans auparavant à la Warner. Les héros de ces deux histoires furent incarnés au temps du muet par Douglas Fairbanks.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33