TARZAN L'HOMME-SINGE

TARZAN L'HOMME-SINGE

TARZAN THE APE MAN

Un film d'aventures de Woody S. Van Dyke

96  mn

Avec Johnny Weissmuler, Maureen O'Sullivan, Neil Hamilton, C. Aubrey Smith, Doris Lloyd, Forrester Harvey, Ivoris Williams
Scénario de Cyril Hume, Ivor Novello
D'après Edgar Rice Burroughs
Musique de George Richelavie
Photo de Harold Rosson, Clyde de Vinna
Produit par Bernard H. Hyman

RESUME
Jane rejoint son père en Afrique. Celui-ci a l’intention de partir à la recherche du cimetière des éléphants. L'expédition qu'il montera, parviendra après avoir bravé de nombreux dangers, dans une jungle où retenti un cri étrange.

COMMENTAIRE
Cette première adaptation parlante des aventures du fameux héros imaginé par Edgar Rice Burroughs, pose les bases du « Tarzan » qui habite l’imaginaire collectif. Avec son corps de champion de natation, son jeu sans nuance et son visage inexpressif, aucun autre acteur n’a jamais mieux représenté l’homme-singe que Johnny Weissmuler. De même, on imagine difficilement une autre Jane que cette Maureen O'Sullivan romantique et un tantinet godiche. Reprise dans les quatre épisodes suivants, rarement égalée, l’ossature de l’intrigue (une expédition qui part vers le territoire de Tarzan pour s’y faire massacrer par des peuples sanguinaires), la plus typique de toutes celles qui illustrent les aventures de Tarzan, est devenue également indissociable du héros. L’atmosphère à la fois violente lorsque les Noirs sont tués un à un, et romantique dans les rapports entre Tarzan et Jane, est liée aussi à l’idée qu’on se fait des aventures de Tarzan. Mais si cette version a fortement contribué à forger l’image universelle du personnage en marquant les esprits et en inspirant les suivantes, ce n’est sans doute pas un hasard. Avec « Trader Horn », sorti l’année précédente, Woody S. Van Dyke s’était déjà frotté aux histoires d’expédition en territoire hostile. Il avait été jusqu’en Afrique pour tourner son film et a donc, non seulement une expérience de ce type d’histoire, mais aussi une connaissance du continent et de ses dangers - ainsi que de nombreux stock-shots - lorsqu’il entreprend « Tarzan l’homme-singe ». Comme Merian C. Cooper et Ernest B.Schoedsack - qui réaliseront « King Kong » à l’esprit proche de « Tarzan l’homme-singe » par certains aspects - Van Dyke est un aventurier et possède une connaissance du terrain là où d’autres n’ont qu’une connaissance livresque. On peut penser qu’à une époque où voyager est encore rare, ce vécu exceptionnel a permis de rendre plus saisissantes des histoires qui se déroulaient au cœur de la jungle. Les nombreuses scènes d’actions mettant en prise des animaux et des hommes pourraient être le fruit de cette expérience. Dû aux exigences du studio et des auteurs probablement, l’ensemble n’en demeure pas moins idéalisé. A côté de ces aspects propres au film d’aventure, « Tarzan l’homme-singe » dégage un érotisme, mais aussi une tonalité fantastique à rapprocher de certains films sortis au même moment. La peuplade de nains qui offre des membres de l’expédition en pâture à un grand singe, rappelle « La monstrueuse parade » peuplée d’êtres difformes, tandis que cette falaise abrupte que gravit l’expédition rappelle les paysages déchiquetés de « Dracula », des séquences qui font songer aussi à « King Kong ».

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33