LES TROIS SUBLIMES CANAILLES

LES TROIS SUBLIMES CANAILLES

THREE BAD MEN

Un western de John Ford

90  mn

Avec George O'Brien, Olive Borden, J. Farrell McDonald, Lou Tellegen, Tom Santschi, Franck Campeau, George Harris, Jay Hunt
Scénario de John Ford, John Stone
D'après Herman Whittaker
Photo de George Schneiderman
Produit par William Fox

RESUME
La découverte d'or dans le Dakota attire de nombreux colons à Custer. Parmi eux, une jeune femme et son père qui se font attaquer par des voleurs de chevaux. Alors que le père est abattu, trois bandits s'interposent et deviennent les employés de la femme.

COMMENTAIRE
Si le beau couple formé par George O'Brien et Olive Borden est assez conventionnel, en revanche les trois canailles qui leur servent d’ange gardien sont beaucoup plus originales. Annonçant les personnages fordiens à venir, ils possèdent des travers mais sont également prêts à se dévouer pour les autres et à se sacrifier si nécessaire pour préserver les intérêts du groupe, groupe qui n'est encore ici qu'un couple, une famille en devenir, et non encore la communauté chère à John Ford. En accord avec le formalisme de l'époque qui ne craint pas les symboliques faciles, le cinéaste joue avec la lumière du soleil pour éclairer les trois canailles, et ainsi leur donner l’apparence d’anges. A l'inverse, le shérif qui incarne le méchant, affiche un visage patibulaire qui en fait une sorte de démon. Ce traitement appuyée des personnages propre au muet, qui prendra des formes plus nuancées au cours des années trente, aura tendance à totalement disparaître du cinéma de Ford. Le cinéaste évitera en effet ce manichéisme décliné ici de façon outrancière, lui préférant des rapports humains plus subtils. Sinon, véritables moments de bravoure, les scènes de l'incendie du lieu de prière, du rassemblement dans Custer, et surtout de la ruée sur l’Oklahoma, restent encore aujourd'hui impressionnantes.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33