VAINQUEUR DU DESTIN

VAINQUEUR DU DESTIN

THE PRIDE OF THE YANKEES

Une comédie dramatique de Sam Wood

128  mn

Avec Gary Cooper, Teresa Wright, Walter Brennan, Babe Ruth, Dan Duryea, Elsa Janssen, Ludwig Stossel, Virginia Gilmore
Scénario de Jo Swerling, Herman J. Mankiewicz
D'après Paul Gallico
Musique de Leigh Harline
Photo de Rudolph Mate
Produit par Samuel Goldwyn

RESUME
Bien qu'il soit un remarquable joueur de baseball, Lou Gehrig refuse de passer professionnel car il a promis à sa mère d'être ingénieur. Mais celle-ci tombe malade. Il outrepasse alors sa décision et entre chez les Yankees pour payer les frais d'hôpital.

COMMENTAIRE
Bien qu’il soit trop gentil pour être tout à fait honnête, ce récit biographique demeure attachant. Hormis la triste fin, les évènements susceptibles d’assombrir le film, tels que l’hospitalisation de la mère, l’enfant hémiplégique, le canular sur l’adultère ou encore les rapports tendus entre la mère et la belle fille, se concluent invariablement par une note heureuse. Cette vision béate de la vie d’un sportif charismatique, a priori d’un abord crispant, est parfaitement acceptable ici, d’une part, parce que le scénario est intelligent, et d’autre part parce que les interprètes, à l’image de Gary Cooper, possèdent une innocence et une gentillesse convaincantes qui rayonnent sur l’esprit de l’ensemble. Venant compléter cet idéalisme, Gehrig, le personnage interprété par Cooper, est emporté presque malgré lui vers des sommets par un destin favorable. Loin de le pervertir, ce succès qui le dépasse le rend plus humain. Et lorsque ce même destin se retourne contre lui, au lieu d’amertume, il fait preuve d’abnégation et de reconnaissance envers le monde. Ce comportement admirable cherche plus à personnifier un modèle américain qu’à rendre compte d’une réalité : il n’en demeure pas moins attendrissant. En observant attentivement le jeu de Cooper, on peut se demander si la gaucherie et la timidité qui font son charme et insuffle toute sa sympathie au personnage de Gehrig, ne sont pas dues à un médiocre talent d’interprète ; un doute émis par certains metteurs en scène lors du tournage et effacé à la découverte des rushs. Quoi qu’il en soit, sa prestation finale, bien que sobre, est admirable, et peu d’acteurs auraient fait passer une telle intensité dramatique.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33