VOUS NE L'EMPORTEREZ PAS AVEC VOUS

VOUS NE L'EMPORTEREZ PAS AVEC VOUS

YOU CAN'T TAKE IT WITH YOU

Une comédie de Frank Capra

126  mn

Avec Jean Arthur, Lionel Barrymore, James Stewart, Edward Arnold, Mischa Auer, Ann Miller, Spring Byington, Samuel Hinds, Donald Meek, H. B. Warner
Scénario de Robert Riskin
D'après George S. Kaufman, Moss Hart
Musique de Dimitri Tiomkin
Photo de Joseph Walker
Produit par Frank Capra

RESUME
@R@F.Un banquier sans scrupule doit encore acquérir une maison pour posséder un quartier entier, mais cette maison appartient à une famille de loufoques qui refuse de vendre. De plus, une des filles entretient une relation avec le fils du banquier.

COMMENTAIRE
« Peut-être aimeriez-vous vous y remettre [à l’harmonica] ? Peut-être cela vous guérirait de cette manie désespérante de gagner plus d’argent que vous n’en pourrez jamais dépenser ! Vous ne l’emporterez pas avec vous, alors à quoi bon ? La seule chose que vous pourrez emporter, c’est l’amour de vos amis !» Ainsi s’exprime le doyen de cette famille excentrique pour expliquer son mode de vie à un banquier, le père de son futur gendre. Ces mots résument tout l’esprit du film : un banquier qui représente le capitalisme sauvage voit ses valeurs remises en question par des gens simples, heureux parce qu’ils font ce que bon leur semble et vivent pour leurs amis sans se soucier d’aspect matériel. Aidé de son indéfectible complice Robert Riskin, Frank Capra entreprend d’illustrer avec moult situations cocasses aussi amusantes que surprenantes, cette recette du bonheur qui condamne le profit, l’individualisme et l’aliénation au travail. L’attitude de l’employé de bureau incarné par Donald Meek est un avant goût de ce qui attend le spectateur. Alors qu’il passe son temps à vérifier des additions à l’aide d’une imposante calculatrice, le petit bonhomme décide sur un coup de tête de cesser son travail pour se consacrer à sa passion, fabriquer des objets futiles. Défile ensuite une galerie de personnages tout aussi loufoques les uns que les autres ; l’un réalise des pétards dans sa cave, une autre apprend à danser sur la musique que son mari exécute sur un xylophone, une autre encore écrit des romans parce qu’elle a reçu une machine à écrire, etc. Vivant en communauté, tous ces gens sont de toute évidence heureux et aimés de leurs amis. A l’opposé, un financier continuellement ennuyé par des maux d’estomac - manifestation d’un surmenage -, cherche à s’enrichir en négligeant toute dimension humaine. Il ne craint pas plus d’anéantir un quartier populaire pour en faire une usine que de s’opposer aux relations amoureuses que son fils entretient avec une fille de condition modeste. Si le discours est finalement simpliste et en totale contradiction avec l’esprit d’entreprise américain, son développement est admirable et original, ce qui vaudra à cette comédie de remporter l’Oscar du meilleur film et celui du meilleur réalisateur. Représentative des grandes œuvres de Capra, « Vous ne l’emporterez pas avec vous » allie la comédie à la fable philosophique et humaniste. Autre élément à signaler, la mise en scène exceptionnelle qui parvient en particulier à faire s’articuler harmonieusement une quantité incroyable de personnages dans un même plan.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33