LA BOHÉMIENNE

LA BOHÉMIENNE

THE BOHEMIAN GIRL

Une comédie de Charles Rogers et de James W. Horne

70  mn

Avec Stan Laurel, Oliver Hardy, Antonio Moreno, Jacqueline Wells, Mae Busch, Darla Hood, James Finlayson, Paulette Goddard
Scénario de Alfred Bunn
D'après Michael William Balfe
Photo de Art Lloyd
Produit par Hal Roach

RESUME
Des bohémiens installent leur campement sur les terres d'un riche châtelain qui n'accepte pas leur présence. Il fait fouetter l'un d'eux qui, par représailles, va kidnapper la jeune fille du propriétaire. Nos deux compères l'élèveront.

COMMENTAIRE
Comme pour « Fra Diavolo » ou « Les montagnards sont là », c’est sur fond d’opérette que Laurel et Hardy nous dispensent leurs facéties. Ici, l’opérette tire partie des rapports difficiles entre les populations sédentaires et nomades. En montrant des bohémiens injustement fouettés et chassés, en faisant de nos deux héros des membres de cette communauté, les auteurs prennent partie pour cette minorité. Ils voient en elle un peuple de musiciens et de danseurs - d’où la raison de l’opérette. Ils n’hésitent pas pour autant à exploiter leur réputation de voleur. Un nombre important de gags tourne autour de cet a priori, à tel point que cela en devient caricatural. Autre aspect qui interpelle dans ce sujet à quatre sous, c’est la femme du gros Hardy qui traite son mari comme un moins que rien et fricote avec son amant derrière la caravane. Ceci étant, le film n’a pas d'autre ambition que de distraire, ce qu’il réussit très difficilement. Soyons toutefois indulgent pour l’image finale qui est d’autant plus risible que le jeu de nos deux compères reste des plus sobre, pour une fois.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33