LA BRIGADE HÉROÏQUE

LA BRIGADE HÉROÏQUE

SASKATCHEWAN

Un western de Raoul Walsh

84  mn

Avec Alan Ladd, Shelley Winters, Robert Douglas, J. Carrol Naish, Hugh O'Brien, Richard Long, Jay Silverheels, Antonio Moreno, George J. Lewis, Lowell Gilmore, Anthony Caruso
Scénario de Gil Doud
Musique de Joseph Gershenson
Photo de John Seitz
Produit par Aaron Rosenberg

RESUME
Suite à l'arrivée massive au Canada de Sioux belliqueux, un commandant reçoit l'ordre d’abandonner son fort et de rejoindre avec ses hommes une position plus au Sud. Ayant confisqué les armes des Indiens autochtones, il s'expose à une révolte généralisée.

COMMENTAIRE
Faisant référence à l’exode des Sioux au Canada après le massacre de Little Big Horn, Raoul Walsh reprend le cours de l’histoire indienne qu’il avait abandonné à la fin de « La charge fantastique » réalisé 23 ans auparavant. (Après le massacre de Little Big Horn qui conclut « La charge fantastique », les Sioux trouvent asile au Canada en mai 1877 près de Fort Walsh, le Fort que doit justement rejoindre la brigade de tuniques rouges ici). Mais d’un point de vue cinématographique son exposé est maintenant bien moins convainquant. Cette différence incombe en partie au manque de prestance du héros : alors qu’Errol Flynn faisait un général Custer magnifique, Alan Ladd, fade, ne suscitant pas l’admiration, incarne un piètre meneur d’hommes. Son personnage sans surprise ne renvoie pas, loin de là, à la dimension mythique qui émane du Custer interprété par Flynn. L’histoire manque également de panache. Ecrit par un Gil Doud qui a surtout participé à des scénarios routiniers, elle est sans surprise et particulièrement prévisible. Restent les paysages et l’action. Entièrement tournés au Canada sur les lieux même où se déroulèrent les faits relatés, les décors sont somptueux. Walsh cherche constamment à les mettre en valeur par des mouvements d’appareils - pressentant peut-être que le film n’aurait pas grand-chose d’autre à offrir. Quant aux scènes d’actions, (batailles, poursuites, explosions) elles sont tournées avec maestria et n’ont rien à envier, pour leur part, à celles de « La charge fantastique ». Jusqu’à « La charge de la huitième brigade », son dernier film, Walsh aura su donner une vitalité incroyable à ces scènes, et ce en particulier grâce à un montage nerveux.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33