MADAME SORT À MINUIT

MADAME SORT À MINUIT

HALF ANGEL

Une comédie de Richard Sale

74  mn

Avec Loretta Young, Joseph Cotten, Cecil Kellaway, Basil Ruysdael, Jim Backus, Irene Ryan, John Ridgely
Scénario de Robert Riskin
D'après George Carleton Brown
Musique de Cyril Mockridge
Photo de Milton Krasner
Produit par Julian Blaustein

RESUME
Un soir, une infirmière se rend chez un avocat après s'être faite belle. Elle profite qu'il se blesse pour lui venir en aide et le séduire. Le lendemain, alors que l'homme encore sous le charme cherche à l’approcher, elle ne le reconnaît pas.

COMMENTAIRE
« Madame sort à minuit » est le quatrième et dernier film en couleur que Loretta Young tournera. Alors que le premier de la série, « Ramona » sorti en 1936, tourné en extérieur, justifiait l’utilisation de ce type de pellicule, il est surprenant que cette petite comédie soit tournée en Technicolor à une époque où ce sont essentiellement les films d’action et les comédies musicales qui en bénéficient. D’autant que rien ne vient mettre en valeur cette émulsion si ce ne sont peut-être les tenues assez criardes que revêt Young lorsqu’elle part rejoindre son amant. L’argument de cette comédie, argument que Charlie Chaplin exploitait déjà dans « Les lumière de la ville », s’articule autour d’une double personnalité. Une femme vit la nuit des aventures dont elle ne se souvient pas le jour. Cette curiosité donne lieu à des quiproquos assez prévisibles que ni la mise en scène, ni la beauté finissante de Young ne parvient à exacerber. On s’étonne d’ailleurs de voir Robert Riskin à l’écriture de ce scénario qui se repose sur son argument de départ.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33