THREE GODFATHERS

THREE GODFATHERS

THREE GODFATHERS

Un western de Richard Boleslavsky

80  mn

Avec Chester Morris, Lewis Stone, Walter Brennan, Irene Hervey, Sidney Toler, Dorothy Tree, Willard Robertson, Robert Livingstone
Scénario de Edward E. Paramore, Manuel Seff
D'après Peter B. Kyne
Musique de William Axt
Photo de Joseph Ruttenberg
Produit par Joseph L. Mankiewicz

RESUME
Quatre aventuriers arrivent dans une petite ville pour y dévaliser la banque. Lors de leur fuite, l'un d'eux est abattu, un autre est blessé. Dans le désert, les survivants tentent de rejoindre un puit, mais au lieu d'eau ils trouvent un bébé.

COMMENTAIRE
Le film est sombre et les babillages incessants du bébé joufflu contrastent avec le destin peu enviable de ceux qui vont le sauver. Le sacrifice de ces aventuriers, plus faits pour se battre pour un magot dérobé que pour sauver un bambin, donne à penser que les pires sont capables du meilleur. Et c’est bien le personnage interprété par Chester Morris qui, possédant le plus vil comportement, ira le plus loin dans l’effort et l’abnégation de soi, alors que les deux autres, Lewis Stone en érudit désabusé et Walter Brennan en joyeux luron attachant, trouvent plutôt dans ce sacrifice un moyen noble d’abréger leurs souffrances. Dans la version de John Ford tournée douze ans plus tard, John Wayne explique dans un long monologue comment l’inexpérience d’un couple de colons les a conduit à leur perte, laissant seul au monde un jeune orphelin. Dans la version présente, leurs cadavres croisés le long de la route parlent d’eux même, ajoutant un aspect tragique à cette version. Deux autres versions ont été tournées précédemment : « Hell's Heroes » en 1930 par William Wyler et « Marked Men » en 1919 déjà par Ford.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33