LE CARGO MAUDIT

LE CARGO MAUDIT

STRANGE CARGO

Un drame de Frank Borzage

105  mn

Avec Clark Gable, Joan Crawford, Ian Hunter, Peter Lorre, Paul Lukas, Albert Dekker, J. Edward Bromberg, Eduardo Ciannelli
Scénario de Lawrence Hazard, Anita Loos
D'après Richard Sale
Musique de Franz Waxman
Photo de Robert Planck
Produit par Joseph L. Mankiewicz

RESUME
En Guyane, un forçat sorti du mitard ne cache pas sa volonté de s'évader à nouveau. Mais la jungle aux alentours forme une barrière naturelle difficile à franchir. Il va tenter de se joindre à un groupe de prisonniers qui a préparé son évasion.

COMMENTAIRE
A Hollywood, l’odyssée de bagnards évadés est ordinairement un sujet de film d’aventure, mais le « Cargo maudit », en substutuant les turpitudes morales et sentimentales aux actions périlleuses et héroïques, utilise le genre pour en faire un drame. Rien d’étonnant à cela quand on connaît Frank Borzage et son goût pour le mélodrame et les relations tourmentées. Il semble avoir déformé le matériel de départ - il est suffisamment influant pour cela - pour n’en plus faire qu’un argument secondaire où il compose des personnages aux passions exacerbées, ce qu’il affectionne. Souvent, dans le film d’aventure, l’élément féminin est une pièce rapportée qui permet d’ajouter un composant romantique à l’histoire ; ici, il en est la clef de voûte. Ainsi, il peut faire de son Bagnard, interprété par Clark Cable, un fugitif plus préoccupé par les relations qu’il entretient avec une aventurière jouée par Joan Crawford, que par le milieu hostile dans lequel il se meut. Cet environnement de marais menaçants, de la mer démontée et de la tempête qui fait rage sans cesse, sont les formes d’une nature tourmentée qui évoque avant tout les vicissitudes intérieures des protagonistes. De plus, rares sont les personnages sereins : ils débitent leur texte avec rage et la plupart ont des comportements agressifs. Ajouté à cette atmosphère cauchemardesque, un personnage curieux, Ian Hunter en médium venu d’on ne sait où, une sorte d’ange rédempteur survient pour montrer le chemin libérateur aux deux amants. Cet aspect est une autre caractéristique du cinéma de Borzage où les relations amoureuses en particulier ont tendance à être régies par des forces mystiques. Nous avons donc une oeuvre très personnelle, certes un peu brouillonne, mais qui a su utiliser la prestigieuse machinerie MGM à des fins propres, au point que le film eut des démêlés avec la censure, alors qu’il est tourné dans le studio le plus respectueux des valeurs morales.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33