TUEUR D'ÉLITE

TUEUR D'ÉLITE

THE KILLER ELITE

Un film d'espionnage de Sam Peckinpah

123  mn

Avec James Caan, Robert Duvall, Arthur Hill, Gig Young, Bo Hopkins, Burt Young
Scénario de Stirling Silliphan
D'après Robert Hopkins
Musique de Jerry Fielding
Photo de Phil Lathrop
Produit par Martin Baum, Arthur Lewis

RESUME
Travaillant pour la CIA, deux agents gardent un transfuge, quand l'un d'entre eux tue le prisonnier et blesse gravement son compagnon. Ce dernier, infirme à vie, commence à se remettre de ses blessures lorsqu'on lui propose une nouvelle mission…

COMMENTAIRE
A l’exception de quelques touches discrètes il n’est pas aisé de reconnaître là le travail de Sam Peckinpah. On note bien, lors du générique, l’oiseau qui nourrit ses petits alors que des hommes préparent un dynamitage ; une association pertinente d’images animalières qui rappelle les biches aux abords de la prison au début de « Guet-apens » ou encore le scorpion poussé dans une fourmilière par des enfants dans « La horde sauvage ». Il y a le dialogue entre James Caan et Robert Duvall - au sujet d’une infection vaginale - qui rappelle cette paillardise propre à Peckinpah, et aussi les incontournables ralentis qui ponctuent des scènes de fusillades. Mais hormis ces quelques touches, et parfois un montage particulier, le tout est très impersonnel : les personnages n’ont pas la profondeur romantique et désabusée du héros des grands films de Peckinpah, même la violence manque du lyrisme habituel. L’histoire également est plutôt banale. Reste un thriller bien réalisé où le personnage principal ne montre pas un héroïsme excessif. N’importe quel autre réalisateur aurait fait de Caan un super héros assoiffé de vengeance remontant bravement la pente après avoir été gravement blessé à la jambe et au bras. Ici, il prend son mal en patience et fait ce qu’il peut - non sans une certaine pointe de fatalisme - pour retrouver une partie de ses capacités.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33