LE CAS DE L'AVOCAT DURAND

LE CAS DE L'AVOCAT DURAND

PENTHOUSE

Un policier de Woody S. Van Dyke

89  mn

Avec Warner Baxter, Mirna Loy, Charles Butterworth, Mae Clarke, Phillips Holmes, C. Henry Gordon, Martha Sleeper, Nat Pendleton, George E. Stone, Robert Emmet O'Connor, Raymond Hatton
Scénario de Frances Goodrich, Albert Hackett
D'après Arthur Somers Roche
Musique de William Axt
Photo de Lucien Andriot, Harold Rosson
Produit par Hunt Stromberg

RESUME
Alors qu'il est lâché par ses associés et sa fiancée pour avoir défendu un chef mafieux, un avocat entreprend de défendre le nouvel ami de son ex. Celui-ci est accusé du meurtre de son ancienne amie et de nombreux éléments l'accusent.

COMMENTAIRE
Entre 1933 et 1941 Mirna Loy est dirigée pas moins de huit fois par Woody S. Van Dyke. Elle est la star avec laquelle il aura le plus tourné, de même qu’il est le réalisateur qui l’aura le plus dirigé. Cette importante collaboration débute avec « Le cas de l’avocat Durant », suivra la même année « Un cœur, deux poings » avant d’entreprendre la série de quatre films mettant en scène le célèbre couple de détectives, vedettes de « L’introuvable ». C’est tardivement qu’elle entre en scène ici. Vêtue durant une bonne partie du film d’une excentrique robe de soirée blanche au dos nu et affublée d’un grand neuf papillon noir couvrant la poitrine, elle interprète une sensuelle call-girl entretenue par la pègre. Par ses témoignages, elle aidera involontairement un avocat à faire avancer son enquête, avant de s’amouracher de lui. Interprété par un téméraire Warner Baxter, lequel ne recule devant rien pour innocenter son client. L’intrigue, assez classique, mélange d’enquête policière et de film de gangster, vaut surtout par la présence d’un personnage de mafieux (Nat Pendleton) brutal et stupide mais malgré tout reconnaissant envers l’avocat qui l’a sauvé de la peine capitale. Sorte d’ange gardien, il interviendra pour le sauver des griffes d’un autre chef mafieux campé par un inquiétant C. Henry Gordon au regard noir et au nez d’aigle. Ce scénario est écrit par Frances Goodrich et Albert Hackett, un couple d’auteurs qui apparaîtra au générique de dizaines de films, pour la plupart MGM et dont cinq seront tournés par Van Dyke. Leur carrière qui commence tout juste ici sera couronnée par des films comme « La vie est belle » de Frank Capra en 1946 et « Le père de la marié » de Vincente Minnelli en 1950.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33