SIERRA TORRIDE

SIERRA TORRIDE

TWO MULES FOR SISTER SARA

Un western de Don Siegel

109  mn

Avec Shirley McLaine, Clint Eastwood, Manolo Fabregas, Armando Silvestre
Scénario de Albert Maltz
D'après Budd Boetticher
Musique de Ennio Morricone
Photo de Gabriel Figueroa
Produit par Martin Rackin, Carroll Case

RESUME
Dans le désert, un aventurier vient en aide à une religieuse sur le point de se faire violer par trois bandits. Il abat les hommes avant de prendre la fuite avec elle ; ils sont poursuivis par un détachement de soldats français à la recherche de la nonne.

COMMENTAIRE
Ennio Morricone, Clint Eastwood, ces transfuges du western italien et du cinéma de Sergio Leone en particulier, désignent sans ambiguïté l’inspirateur du film. Le même cynisme, la même nonchalance devant l’adversité, le même humour décalé et iconoclaste sont présents ici. Certainement parce qu’il a revisité un genre en le caricaturant, Leone a eu de nombreux détracteurs. Toujours est-il qu'aujourd'hui, des décennies après la mort du western, ce sont ses films - sorte de pierre tombale du genre - dont l’histoire se souvient encore. Don Siegel, conscient que ce cinéma a des qualités, exploite cette approche baroque tout en se gardant de reproduire les excès formels de son collègue italien. (On notera toutefois les nombreux panoramiques débutant sur un objet rapproché pour se terminer en arrière-plan sur un personnage ou une action. Le procédé est d’ailleurs utilisé dès le générique : c’est un défilé d’animaux caractéristiques de la sierra filmés de près alors qu’un cavalier avance à l’horizon). Le résultat d’ensemble est réjouissant. Le sujet qui rappelle « Dieu seul le sait », les dialogues incisifs, le rythme, l’éclat des scènes d’actions ne peuvent laisser indifférent. A l’image de cette très longue scène où Shirley McLaine - qui participe aussi pour une grande part au succès du film - extrait une flèche de l’épaule d’Eastwood, Siegel n’hésite pas à prendre son temps et ce, sans jamais être ennuyeux. Il touche même parfois à la grâce lorsqu’il filme longuement un rebelle passé par les armes devant sa famille en pleurs. On a en effet rarement senti à ce point le silence qui succède au passage de la grande faucheuse.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33