BREEZY

BREEZY

BREEZY

Un drame psychologique de Clint Eastwood

100  mn

Avec William Holden, Kay Lenz, Roger C. Carmel
Scénario de Jo Heims
Musique de Michel Legrand
Photo de Frank Stanley
Produit par Robert Daley

RESUME
Breezy, une jeune fille insouciante qui vit au jour le jour, s'invite dans la voiture d'un agent immobilier d'âge mur afin qu'il la conduise en ville. Il l’emmène de mauvaise grâce. C’est le début d’une passion entre deux êtres qui n’ont rien en commun.

COMMENTAIRE
On ne peut qu’être surpris de découvrir que celui qui joua si longtemps les héros excessifs et caricaturaux est également capable de réaliser des films sensibles, introspectifs et nostalgiques ! En abordant le thème difficile - et audacieux - d’un quinquagénaire qui s’éprend d’une jeune femme dont il pourrait être le père, Clint Eastwood, après seulement deux réalisations, révèle un artiste plus profond qu’il ne le laissait paraître jusque là. La suite confirmera ses talents de réalisateur intimiste. De plus, alors qu’il n’a que 43 ans et qu’il n’est pas encore dans la situation d’appréhender parfaitement les états d’âme d’un personnage vieillissant, il traite ce sujet avec une acuité surprenante, en particulier dans la façon qu’il a de disséquer des sentiments humains délicats. Interprété par un William Holden attachant, ce personnage, « agressé » par un bonheur qu’il n’a pas choisi et auquel il ne s’attendait pas un bonheur qui vient bouleverser une solitude dont il s’était accoutumé après un divorce et des déconvenues sentimentales, va dans un premier temps le rejeter pour finalement l’accepter. Le sujet est osé mais cette relation apparaît si réconfortante pour les protagonistes qu’elle ne peut être condamnable.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33