MAGNUM FORCE

MAGNUM FORCE

MAGNUM FORCE

Un policier de Ted Post

118  mn

Avec Clint Eastwood, Hal Holbrook, Mitchell Ryan, David Soul, Felton Perry, Robert Urich, Kip Niven, Tim Matheson, Christine White
Scénario de John Milius, Michael Cimino
D'après Harry Julian Fink, Rita M. Fink, John Milius
Musique de Lalo Schifrin
Photo de Frank Stanley
Produit par Robert Daley

RESUME
Des patrons du syndicat du crime sont libérés au grand dam de la population qui accuse les autorités de laisser les criminels en liberté. Peu de temps après ces mêmes criminels sont abattus par un mystérieux policier en moto.

COMMENTAIRE
Deuxième volet des aventures de l’inspecteur Harry, « Magnum Force » réagit de toute évidence aux virulentes critiques dont a été la cible « L’inspecteur Harry », le premier épisode de la série. Allant à l’encontre des principes de base de la démocratie, répondant à des instincts de masse dangereux, ce polar légitimait en effet l’esprit racoleur du flic qui ne croit qu’en sa propre justice. Comme s’il voulait montrer à quoi correspond véritablement l’esprit dont il était accusé, « Magnum Force » donne maintenant au flic vengeur le rôle du méchant. N’ayant absolument aucun discernement, celui-ci devient pour le coup un danger pour la société, à l’inverse de la première mouture de Harry auréolé d’une droiture à toute épreuve ! Dans les intentions, la frontière restant mince entre ces deux personnages, les auteurs, qui de toute évidence veulent définitivement lever toute ambiguïté, prête à l’inspecteur des propos qui relèvent enfin du bon sens démocratique. Ainsi, « Magnum Force » rectifie le tir jusqu’à donner à croire qu’il y a eu méprise sur les intentions du précédent épisode. Non seulement il se défend de ne pas cautionner la barbarie mais il la condamne fermement. Outre ces considérations, le film, trop long, peine à démarrer, se perd en digressions ennuyeuses qui n’apportent rien, et surtout, est réalisé sans panache. Ted Post parvient difficilement à exploiter le charisme de Clint Eastwood, lequel, effacé, paraît ne pas être concerné par l’histoire. A l’image de sa réaction face à ces femmes qui lui font des avances « crapuleuses », il ne réagit pas et se laisse faire. Finalement tout repose sur l’action et la violence. On ne compte pas le nombre d’individus fauchés par une balle de Magnum qui leur perfore la peau dans une effusion de sang. Ca en devient parfois malsain tant c’est gratuit et insistant. Finalement, « Magnum Force » tombe dans ce piège où les instincts primaires sont à la fois condamnés et exploités.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33