CHAGRINS D'AMOUR (1941)

CHAGRINS D'AMOUR (1941)

SMILIN' THROUGH

Un mélodrame de Frank Borzage

100  mn

Avec Jeanette McDonald, Gene Raymond, Brian Aherne, Ian Hunter, Frances Robinson, Patrick O'Moore
Scénario de Donald Ogden Stewart, John L. Balderston
D'après Jane Cowl, Jane Murfin
Musique de Herbert Stothart
Photo de Leonard Smith
Produit par Victor Saville

RESUME
Un veuf vit dans le souvenir de sa femme tuée le jour de leur mariage par un prétendant déçu. Il élève une nièce dont les parents sont morts. Devenue adulte, celle-ci s'éprend d'un militaire qui n'est autre que le fils du criminel de sa tante.

COMMENTAIRE
« Chagrins d’amour » est le premier des quatre films en couleur que Frank Borzage réalisera durant sa carrière. Deux versions de l’histoire avaient déjà été tournées en 1922 et en 1932. Leur succès explique certainement que ce mélodrame fasse partie des trois œuvres en Technicolor produit par la MGM cette année-là. En plus de cette technologie coûteuse, Borzage bénéficie de décors cossus et de somptueux costumes. Les tons de ceux-là étant plutôt pastel, sa photographie n’a pas ce chatoiement agressif que l’on trouve habituellement dans les film en Technicolor de l’époque. Mais ceci ne suffit pas à surpasser la précédente version de Sidney Franklin au récit en tous points comparables - allant jusqu’à en reprendre les lignes de dialogue. Servi par des acteurs dépourvus de relief, exploitant intempestivement les dons de chanteuse d’opérette de Jeanette McDonald et vieillissant grossièrement Ian Hunter et Brian Aherne, l’histoire devient plus légère pour finalement perdre en romantisme et en poésie. Ce qui est d’autant plus regrettable que cette belle histoire d’amour fou était faite sur mesure pour Borzage.

Tous les droits de reproduction et de diffusion réservés © 2013 Hollywood33